Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

Ouest-France

Ouest-France

Ils ont choisi de vire sans voiture : ils témoignent

Par souci d’économie, gain de temps, ou conviction écolo, ils ont fait le choix de se passer d’auto. Quitte à redessiner leur vie : emménager plus près du travail, repenser leurs déplacements, leurs modes de consommation. Conscients que ce choix n’est pas à la portée de tous, ils racontent comment ils se sont organisés. Une série de 10 portraits illustrés pour Ouest-France.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

«Dès qu’on n’est pas à Paris, on se dit que c’est dur» : vivre sans voiture, la galère ?

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

«Avant j’étais l’archétype de la pro automobile» : Natacha, partie à la maternité à vélo.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« Je n’ai jamais eu de maison » : Albine, installée en ville pour se passer de voiture.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« À vélo, avec ma fille, on discute » : Cyril a troqué sa voiture familiale pour le deux-roues.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« La voiture est une perte de temps en ville » : Isabelle a converti ses enfants au vélo.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« Papi me prendrait pour un fou » : Jean-Charles a converti son entreprise au vélo.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« Ce serait une régression d’acheter une voiture » : Edwige songe à la coloc automobile.

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« Mes trajets ne sont jamais monotones » : Alexis soigne son dos à vélo

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

« La liberté, je la retrouve à vélo » : Mila, ex-passionnée de voitures devenue cycliste

Clod illustration Ouest-France ils ont choisi de vivre sans voiture

«La voiture est tant intégrée dans nos vies, pourquoi ?» Alexandre, à vélo à la campagne